Agrégateur de contenus

Lugares - monumentos - Colegio de San Gregorio

Collège de San Gregorio

Découvrez sa mystérieuse façade

Ce Collège de théologie qui fut impulsé par le frère dominicain Alonso de Burgos, confesseur personnel d’Isabel la Católica, est aujourd’hui le Musée National de Sculpture. Il y fut enterré bien que son sépulcre disparut pendant la Guerre d’Indépendance.

L’ornementation dense de sa façade hispano-flamande, attribuée à Gil de Siloé, a été l’objet de nombreuses controverses interprétatives. Juste au-dessus de la porte vous pouvez y voir le fondateur, frère Alonso de Burgos, réalisant une offrande à San Gregorio devant San Pablo et Santo Domingo. La fleur de lys, emblème de ce frère qui voulut laisser son empreinte sur le bâtiment, se répète jusqu’à la satiété sur toute la façade, mais aussi dans la cour, dans les escaliers et sur les lambrissages originaux que les salles du musée conservent.

Dans le corps supérieur apparait une fontaine, -l’éternelle jeunesse ? – d’où jaillit un grenadier – arbre de la sagesse ou symbole de la conquête de Granada ? –qui protège le blason des Reyes Católicos. Sur ce blason, une grenade apparait ce qui indique que le royaume nasride avait déjà été reconquis, contrairement à ceux gravés dans la cour intérieure, qui sont donc antérieurs à 1492.

Les sauvages, qui apparaissent de chaque côté, sont curieux, sans aucun doute, et donnent lieu à différentes interprétations. Représentent-ils l’homme pur dans la nature ? Font-ils allusion à la coutume de déguiser les écuyers en sauvages pendant les fêtes ? ou, sont-ils tout simplement les gardiens de la porte ? Dans les corps hauts, ces images ont un aspect plus humanisé, sans poil et même certains sans barbe. Ce sont les premières représentations des indigènes américains. N’oublions pas qu’ici a eu lieu la Controverse de Valladolid, un intense débat moral sur les habitants du Nouveau Monde, à savoir s’ils avaient une âme ou non.

Nous vous lançons le défi de découvrir l’escargot qu’il y a dans la façade. Il porte chance.

Agrégateur de contenus

Adresse:

Calle Rúa Oscura, 8

Agrégateur de contenus

LOCALISATION

Widget tiempo Valladolid

Agrégateur de contenus

Lugares - monumentos - Iglesia Vera Cruz

Iglesia de la Vera Cruz

Sede de la cofradía más antigua de la ciudad

Es la sede de la cofradía penitencial más antigua de la Semana Santa de Valladolid, vinculada, en su origen, al cuidado de los enfermos contagiosos. Los cofrades encargaron la obra a Pedro de Mazuecos en 1581, obligado a respetar y conservar en la fachada el arco que existía al fondo de la calle Platerías. No es este su aspecto original, pues la iglesia ha vivido intervenciones como la del prestigioso Diego de Praves, quien añadió un balcón en la fachada hacia 1595, o una ampliación de la nave ya en el siglo XVII.

La iglesia de la Vera Cruz estuvo a punto de desaparecer en varias ocasiones: en 1806, a causa de un incendio; en 1936, cuando el Ayuntamiento aprobó un proyecto de Gran Vía que nunca se llevó a cabo, y en 1938, por un nuevo proyecto urbanístico que insistía en su desaparición. Afortunadamente, ninguno se llevó a cabo, pues la vista que nos regala desde la entrada de la calle de las Platerías completa una estampa digna de ser fotografiada.

Atesora un valiosísimo conjunto de retablos y esculturas en madera, como las realizadas por Gregorio Fernández o un paso de La Borriquilla del siglo XVI realizado en madera y papelón. Su símbolo más emblemático es la Cruz de Mayo, con una reliquia de la Cruz, que sale en procesión cada 3 de mayo.